Automobile : hausse des prix des voitures locales de 500.000 DA en juillet prochain

Source : algerieeco
0 De : Ouramdane Mehenni Du :

Les prix des véhicules montés en Algérie connaîtront une hausse sensible, pouvant atteindre 500.000 DA, si la loi de finances complémentaire est adoptée, qui prévoit une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 19% payée par le Fonds national d’investissement, a rapporté ce mardi le quotidien Annahar sur son site officiel. « Les prix des voitures montés en Algérie devraient augmenter de 500.000 DA, après avoir appliqué la taxe sur la valeur ajoutée qui entrera dans le prix total de la voiture », a indiqué un responsable d’une usine de montage de véhicule en Algérie,  selon la même source. Selon le même responsable, « la taxe payée par le Fonds national d’investissement pour le compte des usines de montagede véhicules sera payée par le client, étant incluse dans le prix total du véhicule », ajoutant que « les prix publiés par le ministère de l’Industrie n’ont pas pris en compte la TVA », selon le même média.Il a également souligné que « la fin de ces avantages, prévus pour cinq ans par le gouvernement, entraînera inévitablement des augmentations, car le constructeur ne pourra pas payer ces augmentations de sa propre trésorerie, qui doit payer les pièces détachées importées de l’usine mère », selon le même média. Selon le même responsable, « tous les constructeurs de véhicules ont convenu d’imposer les augmentations directement sur tous les véhicules installés localement immédiatement après l’entrée en vigueur de la loi, ce qui signifie que le client supportera toutes ces augmentations », a indiqué la même source. Par ailleurs, le projet de loi de finances complémentaire pour 2018, prévoit une taxe sur la valeur ajoutée de 19% au lieu des 0% actuellement appliqués aux kits CKD et SKD pour l’installation de voitures en Algérie. Pour rappel, les constructeurs automobiles installés en Algérie ont bénéficié de nombreux avantages privilèges, tels que les exonérations fiscales et financières, y compris la TVA pour 5 ans.La décision de soumettre les usines de montage de véhicules à la TVA a fait sortir de nombreux députés de l’opposition de leur réserve, lors de la présentation ce dimanche du PLFC 2018 devant les membres de la commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN),  considérant que l’application de la TVA aura pour effet d’augmenter les prix de ces véhicules et d’approfondir la crise du marché automobile en Algérie. L’objectif de ces députés est le retrait de l’article 6 du projet de loi de finances complémentaires 2018 qui prévoit d’instaurer une taxe de 19% sur les véhicules montés localement.

Lire de la source